Élections : 10 questions à Tanguy le breton

Temps de lecture

0 minutes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Il se passe enfin quelque chose dans nos vies confinées : du 21 au 30 mai 2021, nous, Français expatriés aux Pays-Bas, sommes invités à voter pour élire nos conseillers des Français de l’étranger (anciennement conseillers consulaires). Aux dernières élections, le taux de participation était vraiment tout bidon : Francine a donc accepté le défi de métamorphoser ses lecteurs en électeurs en leur donnant toutes les clés pour ce scrutin on ne peut plus niche.

Pour vous aider à choisir votre préférée parmi les 5 listes en lice, Francine a posé 10 questions aux candidats. Aujourd’hui, c’est à Tanguy Le Breton, tête de liste de Français des Pays-Bas, de se présenter et d’exposer les grands axes de son programme.

VOUS AVEZ MANQUÉ UN ÉPISODE ?​

1. Quand et pourquoi avez-vous emménagé aux Pays-Bas ? 

En 1996, j’ai travaillé dans un premier temps pour le service culturel de l’ambassade de France à La Haye. Ayant rencontré une néerlandaise, je suis revenu pour elle en 2003, cette fois comme ingénieur informaticien pour ING Bank. Depuis, je ne cesse d’être impressionné par le modèle social et économique des Pays-Bas, et j’en ai fait mon travail puisqu’en tant que consultant interculturel, je valorise les bonnes pratiques néerlandaises en France.

 

2. Pourquoi avoir choisi de vous présenter à ces élections ?  

En 2006, j’ai proposé un premier projet « ni à droite, ni à gauche, mais au centre des préoccupations » qui a obtenu 44% des voix. En 2014, j’ai proposé un second projet collectif « Ensemble, mieux vivre aux Pays-Bas » en mettant l’accent sur l’intégration dans notre pays hôte, et nous avons obtenu 30% des voix. Nous avons initié un partage de mandat entre colistiers qui a permis à 7 membres de notre liste de devenir Conseiller Consulaire. Avec ce troisième projet en 2021 « Ensemble, riches de nos différences », nous mettons l’accent sur la diversité, la bienveillance, et sur la satisfaction des besoins de nos compatriotes (infolettre, dossiers, ateliers), avec toujours l’exigence d’agir avec pragmatisme et efficacité, et en tout indépendance.

 

Pour nous, un élu doit :

  • Savoir : avoir la connaissance des sujets traités (contexte, historique et données financières
  • Savoir-faire : capacité à représenter les autres, à travailler en équipe, à saisir les enjeux et le dessous des cartes
  • Faire : il est un acteur, pas un spectateur. Il doit être disponible (au moins 4 heures par semaine), être accessible et réactif,
  • Faire-savoir : son action est publique et non confidentielle, Il doit donc rendre compte de ses actions et de ses décisions en toute transparence.

4- Êtes-vous rattaché.e à un parti politique ?

Non collectivement … et oui personnellement.

Notre projet étant d’abord celui d’un groupe qui valorise la diversité, nous ne voulons donc pas, mettre une étiquette en avant, d’autant que les membres de notre liste ont des opinions politiques complémentaires, autant à droite qu’à gauche. Mais il y a bien quelques aspects qui sont partagés : nous sommes des progressistes, pas des conservateurs. Nous croyons en l’Europe, sommes ouverts et bienveillants, en un mot des humanistes.

A titre individuel, je suis membre de D66 aux Pays-Bas (Democraten 66) et en France, je suis membre du Mouvement Démocrate (MoDem) et de La République en Marche (LREM). Je ne le cache pas, mais je ne m’en prévaux pas non plus.

 

5. Votre programme en un mot ? 

 

6. Quels sont les grands axes de votre programme ?  

Notre objectif est de représenter l’ensemble de nos compatriotes, sans exception, qu’ils soient dans une grande ville ou hors du Randstad, résidents de longue date, comme expatriés depuis quelques années. Nous avons défini 4 engagements prioritaires qui évolueront en fonction des besoins :

  • Améliorer l’accessibilité à l’information et aux services publics français,
  • Aider chacun à mieux s’intégrer aux Pays-Bas,
  • Démocratiser la culture française aux Pays-Bas,
  • Valoriser les offres scolaires des différents systèmes éducatifs.

7. Qu’est ce qui distingue votre liste des autres listes candidates ?  

Le collectif, l’indépendance, l’expérience, la bienveillance.

  • C’est d’abord le collectif et l’esprit d’équipe : « Ce sont les idées et leur mise en œuvre qui ont la priorité, pas l‘ambition d’une personne. » C’est pourquoi nous mettons en oeuvre un partage original de notre mandat d’élu avec l’ensemble des membres de notre liste et avec l’Association Français des Pays-Bas qui offre la structure pour organiser et mutualiser notre action.
  • C’est ensuite notre indépendance, « ni à droite, ni à gauche, mais au centre des préoccupations ».
  • C’est notre expérience en matière d’information et de services offerts : infolettre mensuelle, dossiers thématiques; ateliers et webinaires sur l’ensemble des sujets.
  • La bienveillance à l’égard des autres. La différence est une richesse.

 

8. (Comment) souhaitez-vous soutenir la culture francophone aux Pays-Bas ?

J’ai la chance d’avoir plusieurs expériences. D’abord à partir de 1996 en tant qu’ancien directeur-adjoint de l’Institut Français de La Haye puis directeur de l’Alliance Française de La Haye. Ensuite depuis 2004 avec la création d’un agenda unifié le francofil qui rassemble toutes les activités francophones et francophiles aux Pays-Bas, et enfin tout dernièrement avec l’organisation d’un festival d’hommage à Georges BRASSENS aux Pays-Bas avec la participation d’artistes tant néerlandais que français.

Mais depuis la fermeture de la Maison Descartes en 2016, je fais un constat sévère : il n’y a pas assez de transparence sur la politique culturelle de la France aux Pays- Bas et le réseau des Alliances Françaises souffre d’un manque de soutien financier. Heureusement de nouveaux acteurs associatifs émergent, comme la fondation l’échappée Belle ou encore le festival de films Tapis Rouge. Votre initiative « Francine à vélo » en est un autre exemple comme média. La diffusion culturelle se démocratise avec internet, sauf quand des barrières de droits nous bloquent depuis l’étranger. Les propositions que notre liste formule sont les suivantes :

  • Organiser un conseil consulaire consacré à la culture française aux Pays-Bas pour obtenir plus de transparence sur les politiques mises en oeuvre et leurs bilans.
  • Rééquilibrer le soutien financier aux 34 Alliances Françaises.
  • Solliciter les artistes et talents locaux de notre communauté au lieu de les faire venir de France.
  • Supprimer les limitations d’accès aux contenus culturels depuis l’étranger (émissions et contenus pédagogiques.)

 9. Comment les Français.es des Pays-Bas peuvent vous contacter en cas de questions ?

  • Par email : president@francaisdespaysbas.nl
  • Par téléphone / WhatsApp :
    +31 648912280
  • Sur le site web

10. Le mot de la fin pour les (é)lecteur.ice.s :  

Ces élections sont une belle occasion de débattre et de découvrir de nouveaux talents. Je me réjouis qu’il y ait 5 listes candidates, toutes de qualité, et je souhaite à chacune le succès qu’elle mérite.

 

Vous avez tout lu ? Bravo ! Francine vous donne rendez-vous dans quelques jours pour découvrir un nouveau candidat et vous préparer comme jamais à ces élections.