Pourquoi Francine à vélo ?

À mi-chemin entre un blog, un fanzine et un forum, Francine à vélo c’est avant tout une envie : celle de rassembler les francophones des Pays-Bas autour d’un media collaboratif sérieux… qui ne se prend pas au sérieux.
Parfois piquants mais jamais amers, nos articles sont toujours accompagnés d’illustrations hautes en couleurs pour partager notre expérience des Pays-Bas. Si nous avons la critique facile, nous sommes indubitablement amoureuses de notre pays d’adoption !
À travers différentes rubriques, nous traitons des thématiques qui nous tiennent à cœur et nous vous invitons à collaborer en textes et en images.

Francine, c’est vous, c’est nous. C’est cette Française (et ce Français, évidemment) qui vit aux Pays-Bas et aime tout autant la baguette chaude qui croustille que les kroketten des cafés bruns. Elle se déplace à vélo dans les rues d’Amsterdam, d’Utrecht ou de la Haye et raconte ce qu’elle y voit. La suite ? Libre à vous de l’imaginer ! Un blog pour vous détendre ? Une opportunité de networker ? Une source d’informations ? 

 

Francine est à vous !

Chloé

 

Rédactrice

 

JE SUIS ARRIVÉE À AMSTERDAM AVEC LE PROJET D’Y RESTER 3 MOIS. 14 ANS, UN MARI DUTCH ET DEUX ENFANTS PLUS TARD, JE PEUX AFFIRMER QUE MON PROJET NE S’EST PAS DÉROULÉ COMME PRÉVU. ET TANT MIEUX !

Si je devais me réincarner : 

En chaussure : Je pleurerais ma condition de soulier et je militerais pour l’extinction de mon espèce. OUI AUX PIEDS NUS, NON AUX GODASSES INCONFORTABLES QUI FONT MAL AUX ORTEILS ! À la limite, je veux bien être une chaussure orthopédique ou une pantoufle. Mais, vraiment, si je n’ai pas le choix.

En objet de tous les jours : Un smartphone, parce qu’il n’y a globalement pas grand-chose qu’on ne puisse pas faire avec un smartphone et que depuis que j’ai installé WhatsApp, Netflix ET Office sur le mien, mes besoins du quotidien sont comblés.

En habitation : Une vieille maison en bordel, pleines de fenêtres et de portes ouvertes, avec un jardin rempli de fleurs et d’arbres qui poussent au gré du vent. Tondeuse interdite : si le jardin ne ressemble pas à une jungle, aucun intérêt !

Marie - Caroline

Rédactrice

Je suis arrivée sur Amsterdam il y a sept ans pour le travail. L’entreprise pour laquelle je travaillais, en tant que directrice de la communication, ouvrait une filiale ici et j’ai eu la chance de faire partie de l’aventure

Si je devais me réincarner : 

En objet de tous les jours : Je serais un piano. J’aime l’idée de permettre aux gens d’être libres en étant simplement debout.

En bar : Je serais, sans hésiter, le café brun de mon quartier où je me sens chez moi. Que ce soit lors d’un après-midi calme où seules les familles d’habitués se retrouvent ou un soir de folie où les clients débordent dans la rue leurs verres de bière à la main, le Café Klasen est comme une seconde maison.

En moyen de transport : Je suis, selon mon fils de 2 ans — que je dois souvent porter dans nos escaliers vertigineux —, un camion transporteur qui « porte, porte, porte ». Lui, évidemment, est la jolie petite « auto bleue ».

Pauline

Designer / Illustratrice

J’ai atterri ici en 2014 pour un stage au Joris Laarman Studio. J’ai bu des bières, gardé des chiens, dansé dans le noir, … et je suis restée !

Si je devais me réincarner :

En croquette : Un cheese-stick. Croustillant, fondant et surtout très gras, une belle façon de vivre sa deuxième vie !

En oiseau : Une perruche ! Pour passer ma vie à côté d’un élan « qu’a deux-trois ans », en hommage à notre voisin belge François Damiens.

En chaussure : En Dr Martens 1461 à paillettes, pour s’adapter à toutes les circonstances en restant de bonne humeur.

Vous pouvez me suivre ici :
www.studiob-food.com

marine

Rédactrice

Histoire un peu banale : j’ai emménagé à Amsterdam il y a bientôt 4 ans pour un Dutch. heureusement, j’ai aussi eu un vrai coup de foudre pour la ville avec qui je vis une belle histoire. 

Si je devais me réincarner :

En plante : Un arbre à chat ! Mes premières années aux Pays-Bas, j’ai du laisser Poupette (le chat qui m’accompagne en dessin) en France faute de pouvoir lui offrir un jardin. Nous sommes désormais réunies et profitons pleinement du grand air  !

En boisson : Un jus de tomate ! J’entends déjà les « beurk » de ceux qui n’ont pas succombé à la folie Big Tom. Le jus de tomate a le goût des vacances, des longs courriers et des soirées en terrasse où il est à la fois désaltérant et un merveilleux coupe faim.

En chaussure : Mes espadrilles. Depuis mes années dans le Sud Ouest, je ne fais pas un été sans. Aux Pays-Bas, elles font leur petit effet car elles sont gentiment dépaysantes. Elles me sont surtout indispensables tant il est difficile de trouver des sandales à Amsterdam. Car, non, les boots ne sont pas des chaussures d’été, même en robe.