courrier_des_lecteurs

Temps de lecture

0 minutes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
francineavelo_sinterklass

Comment célébrer LA SAINT-NICOLAS ?

Chère Marlène,


Le 6 décembre prochain, c’est effectivement la Saint-Nicolas, a.k.a Sinterklaas. Si tu vis aux Pays-Bas depuis plus de 10 minutes, tu n’es pas sans savoir que cette fête est très importante dans notre pays d’adoption… Peut-être même aussi importante que… Allez, j’ose le dire ? Oui… Peut-être même aussi importante que Noël ; et il faut donc la célébrer dans les règles de l’art.

 

Alors, suivez le guide, c’est parti !

francineavelo_sinterklass
Qui est Saint Nicolas et que dit la légende ?

Saint Nicolas était l’évêque de Myre (Turquie actuelle) pendant la première partie du quatrième siècle. La légende qui l’a rendu célèbre raconte qu’un jour de voyage, il a demandé le gîte et le couvert à un boucher dont l’échoppe croisait sa route. Le généreux artisan (pensait-il alors) a accepté avant de lui servir pour le dîner un petit salé au goût bien étrange. Après investigation, il s’est avéré que le vilain boucher avait tué puis débité trois enfants du coin pour farcir son ragoût. Ni une ni deux, le Saint a ressuscité les trois pauvres enfants. Quant à l’affreux jojo, il est passé à la postérité en devenant le célèbre père fouettard.


Tout cela s’est produit il y a bien longtemps et aujourd’hui Saint Nicolas mène une existence paisible en Espagne en compagnie de ses pages et de son cheval Ozosnel.

Célébrer la Saint-Nicolas aux Pays-Bas

Chaque année, Sinterklaas vient célébrer sa fête aux Pays-Bas. Il débarque à la mi-novembre sur son bateau à vapeur, accompagné de ses pages facétieux : les Piets. Pendant 3 semaines, le Saint va faire le tour des kermesses, écoles, soirées d’entreprises et clubs sportifs afin de rencontrer ses nombreux fans et de leur distribuer friandises et cadeaux. Véritable showman, le Saint n’hésite jamais à monter sur scène pour chanter, parfois danser et saluer la foule en délire d’une main levée magnanime.

Outre ses nombreuses apparitions publiques, le Saint adore se promener dans les rues à la nuit tombée en compagnie de ses Piets. Lorsqu’ils entendent des enfants chanter en leur honneur, ils reviennent dans la nuit pour glisser une friandise – une lettre en chocolat, des pepernotten ou des pièces en chocolat – dans leurs chaussures laissées devant la porte ou la cheminée pour l’occasion. Et si vous voulez faire plaisir à Ozosnel, une carotte est toujours bienvenue  (une célèbre enseigne de supermarchés à même prévu des paquets de carottes pour l’occasion). Tout rapport avec le pot-au-feu cuisiné le lendemain serait bien entendu purement fortuit.

francineavelo_sinterklass
La pakjes avond, le réveillon de la Saint Nicolas

Passons aux choses sérieuses, LES CADEAUX LES VRAIS, que l’on reçoit lors de la pakjes avond, le réveillon de la Saint Nicolas. Le 5 décembre au soir, Sinterklaas se glisse dans les foyers néerlandais pour y déposer des cadeaux. Il fait toujours un peu de bruit pour signaler sa présence mais quand on arrive, c’est toujours trop tard et il est déjà reparti.


À l’instar de beaucoup de fêtes néerlandaises, la Saint-Nicolas est avant tout une occasion de se réunir et de s’amuser tous ensemble. Les adultes ne sont pas en reste :  familles et amis se réunissent pour s’offrir des cadeaux d’un genre un peu particulier. Chacun tire au sort un proche à gâter et se voit attribuer un budget souvent compris entre 10 et 50 euros. Une fois le cadeau trouvé, il faut l’emballer de manière créative et super personnalisée. Ces emballages sont appelés surprises et peuvent – par exemple – prendre la forme d’un ordinateur (en carton) lorsque le cadeau se destine à un fana d’informatique, ou d’un tambour (toujours en carton) pour les amateurs de musique. Bien souvent, l’emballage est plus aguichant que le cadeau en lui-même, c’est tout le principe de la surprise qui s’accompagne d’ailleurs d’un poème amusant sur le destinataire du cadeau.

Voilà, vous avez les bases ! Bonne Sinterklaas à tous !

Petite note de la rédaction : Dans cet article, nous n’avons pas évoqué la “polémique” autour de Zwarte Piet qui déchire (oui, à ce point là) les Pays-Bas depuis plusieurs années. Mais notre positionnement sur le sujet est clair : nous sommes ravi.e.s que les mentalités évoluent et que la tradition douteuse (à minima) du blackface soit peu à peu abandonnée.