Maastricht: le plus fous des carnavals

Le carnaval serait apparu aux Pays-Bas pendant le moyen-âge avec jeux, déguisements, combats de coqs et jeux d'argent. Et après avoir disparu pendant presque trois siècles, les Néerlandais les ont relancés au début du XIXe siècle pour conserver leurs racines et leur culture alors que les Pays-Bas étaient sous domination française. Le carnaval était célébré comme une fête religieuse, principalement dans les provinces du sud, à majorité catholiques. Aujourd’hui, la signification religieuse du Carnaval aux Pays-Bas a disparu mais l'âme de la célébration est restée. A Maastricht, la fête a été “officialisée”, après la Seconde Guerre Mondiale, avec la création du comité organisateur De Tempeleers.
Illustration : @studiobfood

Temps de lecture

0 minutes
Marianne

Marianne

Janvier se termine et après avoir rangé les décorations de Noël, et vaincu le froid et la neige, les fenêtres commencent maintenant à se parer des couleurs de février ! Mais non, pas le rouge de la Saint-Valentin !!! Je vous parle des couleurs de Carnaval : rouge, jaune et vert ! Comment ça, il n’y a pas de carnaval à Amsterdam ? Ici, dans le Sud, c’est une tradition et toutes les villes du Limburg et du Brabant Septentrional le célèbrent – avec plus ou moins de folie !

Un peu d’histoire

Le carnaval serait apparu aux Pays-Bas pendant le moyen-âge avec jeux, déguisements, combats de coqs et jeux d’argent. Et après avoir disparu pendant presque trois siècles, les Néerlandais les ont relancés au début du XIXe siècle pour conserver leurs racines et leur culture alors que les Pays-Bas étaient sous domination française.

Le carnaval était célébré comme une fête religieuse, principalement dans les provinces du sud, à majorité catholiques. Aujourd’hui, la signification religieuse du Carnaval aux Pays-Bas a disparu mais l’âme de la célébration est restée.

A Maastricht, la fête a été “officialisée”, après la Seconde Guerre Mondiale, avec la création du comité organisateur De Tempeleers.

De Mestreechter Vastelaovend

Quand approche la saison de Carnaval à Maastricht, il ne faut pas s’étonner de prendre le bus à côté d’une personne avec un accoutrement digne d’un film de Tim Burton. Ici, le niveau de folie est proche du maximum. D’ailleurs, la saison ne commence pas en février, mais en novembre, le 11 novembre à 11h11 exactement (De elfde-van-de-elfde). C’est à ce moment précis qu’est ouverte la saison de Carnaval : De Mestreechter Vastelaovend. Les habitants se retrouvent en ville en costume (oui, ils prennent souvent une journée de congé pour cette occasion !).

Être le Prince de la ville

Tout habitant de Maastricht peut alors se porter candidat à la “principauté” auprès du comité de Maastricht De Tempeleers. La liste des candidats est soumise à la sélection du Conseil de la Chancellerie qui détermine par une procédure « mystérieuse » l’élu de la saison. Jusqu’à la « Déclaration » du nouveau Prince, le choix du prince est considéré comme le secret le mieux gardé de Maastricht ! Le Prince de la Ville, Stadsprins, est intronisé 4 semaines avant Carnaval, pendant une nouvelle journée de célébration sur la place du marché – en costume bien sûr.

Se préparer à 3 jours de folie

Oubliez les costumes achetés à la va-vite dans le magasin bas de gamme du coin. Ici, on parle de costume personnalisé, farfelu, coloré, brillant, de coiffes, de maquillage… Toute l’exubérance que vous retenez au fond de vous doit être libérée ! Vous pourrez trouver tous les tissus les plus incroyables – et de plus ou moins bon goût – pour confectionner un costume sur mesure au marché de Maastricht (tous les vendredis matin sur le Markt). Les stands de tissus proposent une sélection délirante et on comprend vite pourquoi dès que démarre le Carnaval ! Aller en ville pour Carnaval sans être costumé, n’y pensez même pas ! Attrapez au moins un boa, un legging à paillettes, un chapeau, que dis- je, une casserole s’il le faut, et que la fête commence !

Crier “Alaaf!” toute la journée

Le Carnaval est donc lancé officiellement le samedi (cette année le 10 février 2024) à 15h11, lorsque le maire de Maastricht remet les clés de la ville au Prince qui régnera pendant 3 jours sur le Royaume des Fous. Le Prince, à qui l’on s’adresse par Zienen Hoegen Hoeglöstegheid (Son Grand Délice), est accompagné par une sorte de garde, Garderizzjemint de Kachelpiepers, et fait le tour des bars et des événements de charité locale. Il reçoit tous les honneurs dûs à sa fonction et est facilement reconnaissable à sa tenue officielle avec coiffe et cape.

Les habitants de Maastricht se retrouvent en ville dès le samedi : au programme : défilés costumés, parade de mini-chars, concerts en plein air, fanfares, et danses. (le programme complet ici). Ambiance garantie ! Les rues et places sont envahies par une foule chamarrée, dansant au rythme des percussions et des maracas. Chaque quartier a sa propre fanfare et un concours est même organisé pour les départager.

Et donc : partir en vacances ou participer aux festivités ?

Les vacances scolaires tombent toujours pendant la semaine de carnaval. Et cela paraît bien nécessaire car, après avoir dansé sur des rythmes de percussions endiablés, chanté des chansons – aux paroles des plus stupides -, et bu de l’alcool jusqu’à plus soif, les habitants ont bien besoin de récupérer !

Le carnaval de Maastricht est très réputé et à raison : les costumes et les fanfares donnent une ambiance incroyable et c’est bien agréable pour se réchauffer l’hiver. Mais on ne va pas se mentir, dès le vendredi, les places et les rues du centre-ville de Maastricht sont envahies de fêtards plus ou moins imbibés, et bien que cela reste bon enfant en journée, les fins de soirée sont pour le moins très alcoolisées.

Pour éviter les déchets plastiques trop importants, la ville a mis en place un système de franchise à payer au premier verre (si on garde le même verre, on ne paie plus que la boisson) et encourage les consommateurs à ramener leur gobelet auprès des bars pour les recycler. Malgré cela, les rues sont laissées en piètre état aux nettoyeurs de rue du petit matin. Des pissotières sont installées dans toute la ville et de nombreux magasins ferment pendant cette période, en ne manquant pas de barricader leur devanture avec des panneaux en bois…

i Si vous n’êtes pas d’humeur à faire la fête, fuyez ! Maastricht a encore bien d’autres merveilles à offrir à d’autres saisons !