Confinement : revenir à l'essentiel

Si nous étions nombreux à compter sur la réouverture des lieux culturels cette semaine, il faudra encore attendre avant de se presser aux portillons. Mais la fermeture des musées, théâtres et cinémas (ô combien moins essentiels que les fleuristes) n’est pas une raison pour se faire l’intégrale de Dawson. Plus que jamais, notre consommation d’aujourd’hui façonnera la société de demain. Amazon ou click & collect ? Netflix ou Cineville ? Instagram ou Foam ? Francine liste les alternatives.

Temps de lecture

0 minutes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

La culture est à portée de clic

 

La ville ayant fermé boutique, l’occasion serait belle d’aller faire du lèche vitrine aux musées. Qu’on soit un gros consommateur de culture ou un visiteur occasionnel, le confinement pourrait nous encourager à traîner dans les lieux culturels plutôt que de s’imposer un énième tour du quartier. Qu’on valide ou non les classifications gouvernementales entre ce qui est superflu et ce qui ne l’est pas, le résultat est le même : nous sommes privés de culture. Vraiment ?

 

Si l’offre culturelle se tarit plus vite que la mer morte, il est encore possible de soutenir le secteur qui, bon gré mal gré, développe des trésors d’imagination pour se réinventer. La culture est en ligne, souvent gratuite, offerte par les musées, les cinémas et les salles de spectacle pour combler le vide abyssal créé par notre isolement. En donnant quelques sous, vous soutenez activement la culture, en immense difficulté. 

1. MUSÉES ET EXPOS

On ne va pas se mentir : admirer des œuvres originales, grandeur nature, mises en valeur par le travail des muséographes et scénographes n’a pas grand chose à voir avec les expériences numériques disponibles en temps de pandémie. Mais est-ce une excuse pour ne scroller que sur Instagram ? 

 

Musées

Flânez dans les galeries vides des musées du monde entier, étudiez les œuvres de très (très) près et profitez d’une médiation culturelle à la pointe (visites guidées, présentations des œuvres, etc.). Le tout gratuitement. Aux Pays-Bas, on salue notamment le travail des musées Rembrandt, Van Gogh et du Stedelijk.

 

Expos

En plus de mettre en avant leur fond permanent, de nombreux musées et instituts continuent de travailler sur des expositions temporaires. La liste est longue, on vous en propose 3 :

 

 

FOAM Talent 2020

La découverte et l’exposition de jeunes photographes talentueux font partie des missions du Foam qui se pose en tremplin vers une renommée internationale. L’édition 2020 de l’exposition Foam Talent est en ligne : l’occasion de découvrir le travail incroyable d’artistes émergents et, pourquoi pas, de se donner du courage pour participer à l’édition 2021 ?

 

 

Refresh Amsterdam

Pour la première édition de cette manifestation bisannuelle, 25 artistes et collectifs exposent leur vision d’Amsterdam, ville en constante évolution. 

 

Corona in the city

Ceux qui n’en auraient pas raz-la-casquette d’entendre parler de la covid peuvent plonger dans cette exposition virtuelle, évolutive et collaborative de l’Amsterdam Museum. Alimenté par les internautes, les espaces culturels et les institutions, le site témoigne de l’impact du Corona sur la ville et sur la vie. N’hésitez pas à envoyer vos contributions !

2. Théâtre

Show must go on! Il est encore possible de profiter de représentations en anglais et même en français !

 

L’ Internationaal Theater Amsterdam (ITA) accueille chaque année (sauf celles-ci, bien sûr) plus de 600 pièces contemporaines de danse et de théâtre.

 

 

  • Le 21 mars, offrez-vous la pièce Oedipus, interprétée par la troupe de l’INA (surtitrée FR). 

  

À La Haye, le STET s’adapte également à la pandémie avec la performance Zéro qui met en lumière un conformisme dicté par l’autocensure et une société qui fait de chacun un numéro.

Aller au théâtre depuis son canapé offre une différence de taille : si l’expérience est loin d’être à la hauteur de l’originale, vous ne risquez pas de vous faire boucher la vue par un grand Dutch.

3. Opéra

Laissez-vous surprendre par l’opéra : du 18 au 21 mars, l’édition 2021 du festival Opera Forward se fera en ligne mais toujours avec des artistes renommés, une nouvelle génération de talents, des performances musicales et des conférences pour éveiller notre sensibilité.

 
4. Musique

Le Concert Gebouw propose de streamer des concerts et des sessions, un genre de shots de musique classique (5 à 15 minutes) infiniment relaxants.

 

Avis au confinés et aux « cons débutants » : pour célébrer le centième anniversaire de la naissance de George Brassens, l’Association Français des Pays-Bas organise un ensemble d’évènements  en ligne. Le prochain rendez-vous a lieu le 28 mars.

5. CINÉMA

La réalisation et la production d’œuvres cinématographiques ont été ralenties (arrêtées) par la pandémie ? Qu’à cela ne tienne ! Il est enfin possible de voir tous les films qu’on a manqués ces dernières années, et même de se faire une culture ciné en béton.

 

Vous aurez vite fait d’épuiser Netflix, on a donc un faible pour la plateforme de VOD française LaCinetek, consacrée aux plus grands films du 20ème siècle (choisis et présentés par des réalisateurs du monde entier).

 

Pour faire patienter ses abonnés jusqu’à la réouverture des salles obscures, Cineville  propose une version confinée du cinéma d’art et d’essai avec Cineville Vitamine : des centaines de films magnifiques (Le portrait de la jeune fille en feu, The lunchbox, Youth, Mustang, Woman, etc.) disponibles gratuitement en VOD.

6. LIVRES

S’il est tentant de se faire livrer en 12h par Amazon, il est indispensable de continuer à soutenir les libraires qui sont désormais une espèce menacée. Commandez vos livres en français sur la boutique en ligne de la librairie Le Temps Retrouvé et retirez votre commande au point relais Broodje Art tous les jours de 11h à 15h (envoi possible par la poste).

Quitte à passer sa vie devant l’écran,
autant y afficher quelque chose qui nourrit l'imagination.

Cette pandémie est l’occasion, pour chacun, de faire la distinction entre l’indispensable et le superflu. La société de demain se dessine en filigrane et l’on voit bien que la santé économique n’est pas la seule réponse à notre équilibre. La culture devrait garder sa place essentielle dans « le monde d’après », et c’est à nous de la lui défendre, dès aujourd’hui.