Déplacement en terrain miné : les biais cognitifs dans le recrutement

Un biais cognitif, c’est une autoroute de la pensée qui nous permet de fonctionner au quotidien. Et oui, ce n’est pas un problème d’avoir des biais cognitifs, d’ailleurs tout le monde en a ! Nous recevons 11 millions de stimuli par seconde ! 11 millions ! Autant dire que nous n’avons pas la capacité de traiter individuellement chaque stimulus. C’est bien pour cela que notre cerveau fonctionne en prenant des raccourcis. Mon corps a une sensation de froid ? Je me couvre : pas besoin de tergiverser ou de se demander si on a besoin de se couvrir. Je dois me déplacer ? Mon corps se met en mouvement sans que j’ai besoin de réfléchir à mettre un pied devant l’autre.

Un biais cognitif, c’est une autoroute de la pensée qui nous permet de fonctionner au quotidien. Et oui, ce n’est pas un problème d’avoir des biais cognitifs, d’ailleurs tout le monde en a !

Nous recevons 11 millions de stimuli par seconde ! 11 millions ! Autant dire que nous n’avons pas la capacité de traiter individuellement chaque stimulus. C’est bien pour cela que notre cerveau fonctionne en prenant des raccourcis.

Mon corps a une sensation de froid ? Je me couvre : pas besoin de tergiverser ou de se demander si on a besoin de se couvrir.

Je dois me déplacer ? Mon corps se met en mouvement sans que j’ai besoin de réfléchir à mettre un pied devant l’autre.

“You’re on mute” : 5 conseils pour un entretien vidéo aux Pays-Bas

“You’re on mute…” : ça fait rire entre nous, mais dans le cadre d’un entretien, c’est juste un petit supplément de stress dont on se passerait bien. Comme celui d’un internet défectueux. Certes, les entreprises comprennent que l’on ne peut pas tout maîtriser, mais en tant que candidat, prendre du recul est toujours un peu difficile. En parlant de prendre du recul : la bonne distance par rapport à la caméra, c’est environ un bras. Inutile de vous coller à l’écran et si vous avez tendance à parler avec les mains – c’est mon cas, je sais de quoi je parle – évitez de les agiter devant la caméra : elles apparaîtront en très gros plan et on ne vous verra plus. Et puis la technique, c’est aussi découvrir la plateforme (non, il n’y a pas que Zoom dans le monde de l’entretien vidéo!) : connectez-vous en avance, testez le cadrage, prenez l’outil en main, et en particulier le son, donc.

Temps de lecture 0 minutes “You’re on mute” : 5 conseils pour un entretien vidéo aux Pays-Bas 2020 aura été l’année où les entretiens d’embauche sont passés en vidéo. Qu’est-ce que cela change ? Tout et rien en même temps ! Sarah, recruteuse et consultante de carrière installée aux Pays-Bas, vous partage 5 conseils pour […]

Les questions interdites en entretien d’embauche aux Pays-Bas

discrimination à l'empbauche aux Pays-Bas - crédits @lauraine_meyer

Quand on parle des ZZP aux Pays-Bas, on ne parle pas d’un groupe de rock des années 80 dont la marque de fabrique était de longues barbes blondes. Non, il ne s’agit pas là des ZZTop mais bien du statut de certains travailleurs au pays du gouda.

Les 4 choses que je préfère aux Pays-Bas

Nos trois derniers articles portaient tous, de près ou de loin, sur la xénophobie systémique non assumée des Néerlandais, et sur un sexisme qui persiste ici AUSSI. On s’est demandée si à force de déterrer les problèmes systémiques, on n’allait pas nous suspecter de nous adonner au Dutch bashing. Pas de panique (du moins pas pour cette raison) ! À notre époque, il n’existe pas (encore?) de société qui se soit affranchie de ces mécanismes, la société néerlandais n’est pas pire que les autres, elle ne peut simplement pas se vanter de faire mieux.
On peut donc faire preuve d’objectivité, tout en appréciant notre pays d’accueil. Alors, pour rééquilibrer tout ça, nous avons décidé de  publier  un billet absolument objectif au sujet de tout ce que, moi Chloé,  j’aime aux Pays-Bas.

Le temps partiel aux Pays-Bas : piège ou panacée ?

Le temps partiel aux Pays-Bas : piège ou panacée ?

Les Néerlandais sont les champions d’Europe du travail à temps partiel. Plus spécifiquement, la majorité des Néerlandaises travaillent à temps partiel, c’est-à-dire 35 heures par semaine ou moins.
D’après le service néerlandais de la statistique (cbs.nl), en 2021, 48% de la population active travaillait à temps partiel : 70% des femmes et 28% des hommes.
En France, 25 % des femmes n’exercent pas à temps plein contre 10 % des hommes, soit 18 % des salariés.
En moyenne, les hommes aux Pays-Bas travaillent 37 heures par semaine et les femmes 27 heures par semaine.

Être ZZP, c’est rock ‘n roll !

Quand on parle des ZZP aux Pays-Bas, on ne parle pas d’un groupe de rock des années 80 dont la marque de fabrique était de longues barbes blondes. Non, il ne s’agit pas là des ZZTop mais bien du statut de certains travailleurs au pays du gouda.