Inscrire son enfant à la Basisschool : cette épopée amstellodamoise !

Basisschol : cette inscription qui n’a rien de « basique ».

Temps de lecture

0 minutes

Si vous parcourez les rues d’Amsterdam en ce moment, vous verrez peut-être courir sous la pluie des mamans et des papas avec au moins un enfant sous le bras. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas là d’une nouvelle discipline olympique mais tout simplement d’un de ces moments de l’année où de pauvres parents novices doivent inscrire leur enfant à la bassischool. Si vous ne voyez pas du tout de quoi il est question ici, on ne vous en voudra pas. Nombreux sont celles et ceux qui ont vécu heureux.ses pendant des années dans l’ignorance de ce sport aquademique imposé aux parents amstellodamois et nous vous invitons même à vous distraire par la lecture d’ un tout autre article, si vous ne vous sentez pas le moins du monde concerné. Néanmoins si vous habitez cette ville et avez un enfant (ou si vous avez l’idée saugrenue mais néanmoins populaire d’un jour en avoir un), cet article est pour vous.

Comme évoqué ici, s’il n’y avait qu’un événement à retenir du début de la scolarité de nos nains de jardins adorés, c’est bien l’entrée en bassischool. Le jour de leurs 4 ans, les petits néerlandais et les petits expatriés – qui font le choix de suivre l’éducation néerlandaise – entrent dans la cour des grands quand ils investissent celle de l’école primaire. À Amsterdam, en raison du nombre d’habitants, il n’est pas possible d’avoir une place garantie dans l’école de son choix. Pour pallier ce problème, le système suivant est proposé : un classement d’établissements par ordre de préférence + le respect d’un certain nombre de critères + un tirage au sort ! On mélange le tout et on obtient le nom de l’école où votre petiot va atterrir.

Le processus de base :
  1.   On reçoit un formulaire par la poste.
  2.   On le remplit avec (au minimum) les 5 établissements scolaires proches de notre lieu de résidence que l’on préfère.
  3.  On donne notre formulaire à l’école que l’on aime le plus (celle que l’on a placée tout en haut de notre liste).
  4.  On attend de savoir dans quelle école notre enfant est accepté.

 « Facile ! », me direz-vous. Mais comme pour toute démarche administrative en général, et toute démarche concernant notre progéniture en particulier, ça n’est JAMAIS aussi simple. 

Voici les quelques règles à retenir pour mettre toutes les chances de votre côté et obtenir une place dans l’école de votre choix :

1. Le formulaire, précieusement tu conserveras !

Il faut compter environ 3 mois entre l’arrivée du formulaire chez vous et le moment où vous remettrez ce fameux sésame qui déterminera à jamais l’avenir de votre enfant. On évite donc de laisser le dit document sous la pile de courriers non ouverts en se disant qu’on le retrouvera bien le moment venu. À moins bien sûr, que vous ne souhaitiez prendre le risque de traumatiser votre enfant en lui faisant faire ses premiers pas dans une école qui ne lui convient pas. On ne s’étonnera pas, dans ce cas, qu’à 40 ans il ou elle vive encore chez vous et passe ses journées en pyjama à manger des Choco Pops devant la Pat Patrouille. C’est à vous de voir.

2. Le formulaire, tu décrypteras !

Conserver le formulaire, c’est super. Le lire et le traduire à sa réception, c’est encore mieux. Cela ne vous aidera en aucun cas à faire votre choix immédiatement mais au moins vous aurez vu et intégré ce qui vous est demandé et surtout, surtout, vous pourrez NOTER PARTOUT la date limite à laquelle vous devez le remettre. Interdiction néanmoins de la tatouer sur le bras de votre mini-sangsue préférée au risque que l’on vous accuse de maltraitance (l’humour des Néerlandais est très limité sur ce sujet).

3. Sur les écoles de ton quartier tu te renseigneras.

Il y a ici deux cas de figures qui correspondent à deux types de parents (aucun jugement ici, beaucoup d’admiration pour les deux).

Cas n°1, vous êtes un parent hyper confiant :

Vous allez sur Google Maps et vous regardez les sites Internet de cinq écoles autour de vous.  Vous lisez des commentaires. Par chance, vous avez peut-être un.e ami.e ou deux qui vous a informé de la réputation de tel ou tel établissement. Vous faites ainsi votre classement. Bravo ! vous avez gagné BEAUCOUP d’énergie et de temps.

(Plus simple et plus ludique, vous pouvez aussi opter pour le lancer de fléchettes sur une carte les yeux bandés. À cet instant de votre lecture, vous vous dites : « Roooh, elle exagère quand-même, on ne choisit pas l’école de son enfant ainsi. » Attendez d’arriver au bout de cet article et vous verrez que vous trouverez cette idée de fléchettes beaucoup plus séduisante.)

Cas n°2, vous êtes un parent hyper investi :

Dès que vous le pouvez, allez jeter un œil sur les sites Internet des écoles de votre quartier et inscrivez-vous aux open dagen. Cela reste le meilleur moyen de se faire une opinion. Si les dates ne vous conviennent pas, vous pouvez toujours demander des visites privées. Attention ! La tentation est grande de reporter indéfiniment ces visites qui semblent (à juste titre) chronophages. Nous vous conseillons néanmoins de vous plonger dans le bain aussi vite que possible afin d’éviter le marathon de dernière minute évoqué en introduction.

À l’issue de ces visites, vous vous sentez toujours perdu.e ? C’est normal, comme dit ici, le plus dur aux Pays-Bas, c’est de choisir entre « cette super école Montessori qui conviendrait tellement à Jean-Kévin» et « cette fantastique école open bar qui propose des activités extra scolaires incroyables.»

Oui, vous vous retrouvez avec un problème de riche à gérer.

Pour vous aider, deux astuces : 

  1.   Faites la sortie des écoles. Oui, c’est encore un peu sportif mais très instructif :

observez les enfants, le personnel scolaire et les parents. Cela vous donnera une idée de l’ambiance au sein de l’établissement et, si vous l’osez, posez des questions ! Il semble que cette pratique soit assez courante et, avec un peu de chance, si vous posez les bonnes questions et adoptez la bonne attitude vous ne finirez pas au poste de police pour comportement étrange en présence de mineurs.

  1.   Demandez à vos voisins ce qu’ils pensent des différents établissements. Il y a fort à parier qu’ils auront un avis sur le sujet et qu’il vous intéresse, pour une fois.
4. Le formulaire, à temps tu rendras

Cette règle est aussi simple que primordiale : si vous voulez que votre avis soit pris en compte, rendez le formulaire à temps. 

Les prochaines échéances pour 2022 sont :

– le 3 mars (oui, demain) pour les enfants nés entre le 1er

septembre et le 31 décembre 2018,

– le 2 juin pour les nés entre le 1er janvier et le 30 avril 2019,

– Le 3 novembre pour les enfants nés entre le 1er mai et 31 août 2019.

5. La « bonne » voorschool tu choisiras

Dans les critères censés vous garantir plus de chance d’obtenir une place dans l’école de votre choix, il y a : vivre dans le quartier, avoir un autre enfant déjà scolarisé dans l’établissement, avoir un membre de la famille qui travaille dans l’établissement et le fait que le futur inscrit soit élève dans la voorschool attachée à l’établissement.

En fait, si l’on veut vraiment bien faire les choses, ce n’est pas trois mois avant la date de remise du formulaire, ni même un an que l’on commence les visites mais bien deux ans avant, au moment où l’on visite les voorschoolen !

Du coup, choisit-on la voorschool en fonction d’elle-même ou en fonction de sa basisschool !?

Vous aussi vous avez le cerveau qui chauffe ? C’est normal ! Et encore, nous n’entrerons pas ici dans le débat crèche vs voorschool qui a de quoi alimenter cinq pages de discussion.

Vous l’aurez compris, choisir la basisschool pour votre premier enfant à Amsterdam est une gymnastique physique ET intellectuelle. En bref : une grosse prise de tête. Nous espérons avoir réussi à vous éclairer un peu à ce sujet et,qui sait, peut-être à réduire le nombre d’aqua-marathoniens pour les prochaines échéances d’inscription. 

Notez bien cette bonne nouvelle : en toute logique, vous ne devrez vous soumettre à cet exercice qu’une seule fois puisque votre second enfant suivra les pas de son aîné dans le même établissement. 

Et, entre nous, si pour le premier vous partez sur l’option fléchettes, personne ne vous en voudra.